Aperçu d’un accompagnement en thérapie brève

Un aperçu de ce que pourrait être une séance de PNL:

Extrait d’une séance de thérapie brève, cas d’une somatisation :

Marine se plaint de chutes de tension répétitives et invalidantes, survenant chaque fois qu’on lui en demande trop ou qu’elle se sent débordée. Les traitements médicaux ont échoué et le médecin lui a parlé de « somatisation ». Elle voudrait bien s’en débarrasser mais c’est comme si une partie d’elle-même l’entraînait, contre son gré, à reproduire ce comportement.

un accompagnement-pas-à-pas

Vous accompagner pas à pas

 


Thérapeute : Je suis convaincue que cette partie de toi qui provoque cette réaction a une intention positive à ton égard. C’est pour quoi je ne ferai rien pour provoquer un changement qui ne lui conviendrait pas.
Je t’invite à t’installer confortablement, à prendre quelques respirations profondes et à te centrer sur toi-même. Puis, essaie de situer dans ton corps cette partie en charge de ce comportement et demande lui si elle accepte de communiquer avec toi… Reste attentive à tout ce qui se passe en toi, n’importe quel signal qu’elle pourra t’envoyer : image, son, sensation quelconque qu’elle pourra t’envoyer dans ton corps.

Cette partie que Marine situe au niveau de son cœur lui indique le signal « oui ».

Thérapeute : Remercie cette partie qui a accepté d’entrer en communication avec toi et demande-lui si elle est d’accord pour te dire ce qu’elle souhaite pour toi, ce qu’elle essaie de faire pour toi en provoquant ces chutes de tension.
Le signal est à nouveau oui

Thérapeute : Demande-lui quelle est sa fonction, son rôle, l’intention positive qu’elle souhaite remplir lorsqu’elle provoque ce comportement.

Marine : Au bout d’un moment. Elle m’invite à me reposer et ne pas faire ce que je n’ai pas envie de faire.

Thérapeute : Très bien. Remercie cette partie pour sa coopération. Maintenant, va contacter une autre partie de toi, ta partie créative, celle qui est capable d’inventer de belles choses ou des choses utiles comme améliorer la décoration intérieure, inventer une recette de cuisine, celle qui trouve toujours de bonnes solutions pour résoudre les difficultés de la vie quotidienne. Demande-lui de construire plusieurs alternatives comportementales qui te permettront d’une manière aussi efficace, sinon mieux, de te reposer et de ne pas faire ce que tu n’as pas envie de faire. Ces solutions peuvent être conscientes ou non. Laisse à ta partie créative le temps de trouver ces solutions et indique-moi quand c’est ok.
Marine fait le signal oui.

Marine : En fait, il m’est venu comme idées que je n’ai pas à me sentir obligée d’accepter ce qui ne me convient pas, que j’ai le droit de refuser et de prendre du temps pour moi, notamment celui de me reposer lorsque j’en ai besoin ; que je pourrais prendre les choses autrement d’une manière qui ne me stresse pas ou ne me paralyse pas, ou que je pourrais demander à être épaulée dans certaines tâches…

Thérapeute : Ok, super ! Remercie ta partie pour sa collaboration. Maintenant, nous allons demander à la partie qui provoque les chutes de tension si elle est d’accord d’examiner les propositions qu’a faites ta partie créative, et si l’une ou l’autre de ces propositions lui convient.
Après un instant Marine fait le signe oui.

Thérapeute : Très bien. Demande-lui maintenant si elle veut bien mettre à l’essai l’une ou l’autre de ces propositions pendant quatre semaines avant de les adopter définitivement si elle les juge appropriées. Assure-la qu’elle est seul maître de la décision. Si la réponse est non, demande-lui qu’elle explique directement à ta partie créatrice les objections qui émergent afin que cette dernière puisse affiner les propositions.
Après un instant Marine fait signe oui

Thérapeute : Très bien. Remercie ta partie pour sa collaboration. Je t’invite à présent à faire comme un appel général à toutes tes parties, afin de vérifier si l’une ou l’autre de ces parties a une objection à l’application de ces propositions. Reste attentive à ce qui se passe en toi, à tout signal qui pourrait être la manifestation d’une objection.

Marine : Après un instant : je ne ressens rien de particulier, il n’y a pas d’objection.

Image illustrant une vie épanouie et harmonieuse

S’ouvrir à soi, aux autres, à la vie, retrouver une vie heureuse et épanouie

 


Pour revenir à la page accompagnements individuels, suivez le lien.